Accueil > Encadrement > Les Présidents de Conseil de Classe

Les Présidents de Conseil de Classe

PRESIDENCE DES CONSEILS DE CLASSE

Les Présidents des conseils de classe : année scolaire 2018-2019

Ces professeurs apportent une collaboration très précieuse à la direction. Leurs différents rôles sont les suivants :

- Coordinateur de l’action pédagogique interdisciplinaire de ses collègues et tout particulièrement des Directeurs de classe ;
- Gestionnaire et responsable du suivi par rapport aux écarts notoires en matière de discipline et d’assiduité-ponctualité ;
- Conseiller des élèves ;
- Conseiller de la Direction.

Classes attribuées aux Présidents de Conseil de Classe

1C, 1D : Mme Kristel RENTS
2C,S,D  : M. Mathieu DE WILDE
3TR,CS  : Mme Amélie DE WAELE
3-4TB  : Mme Fallone ADAM
4 à 6TQC/TQB : Mme Alisson MORREN
4 à 6 LM  : Mme Michelle GUILLAUME
4 à 6 LG/EM/HA : Mme Isabelle LEMAIRE
4 à 6 LSM/SM  : M. Laurent MICHOT
5 à 7AAA  : M. Valentin DEJEAN

Rapport "Faire le point" juin 2017
Voilà une spécificité de notre école. En effet, à ma connaissance, nous sommes le seul Athénée à fonctionner de la sorte. Nos élèves ont appris à vivre dans ce fonctionnement spécifique, mais, il me semble utile de repréciser dans le cadre de ce rapport d’activités comment sont partagées les classes et en quoi consiste le travail des Présidents de conseil de Classe.

Cette année-ci, nous étions huit (+ 1) à nous répartir l’ensemble des classes : 1 pour les premières ; 1 pour les deuxièmes ; 1 pour les troisièmes générales ; 1 pour les 3, 4, 5 et 6èmes technique de qualification ; 1 pour les 5, 6 et 7èmes travaux de bureau ; 1 pour les 4, 5, 6èmes LG, HA, EM ; 1 pour les 4, 5, 6èmes SM, LSM ; 1 pour les 4, 5, 6èmes LM et, 1 pour pour les 3 et 4TB.

Nous sommes donc une équipe de 8 personnes désignées par la direction pour gérer les classes qui nous ont été attribuées et assurer la coordination pédagogique du Conseil de Classe des classes dont nous sommes en charge.

Nos missions sont diverses et variées et ne sont possibles et efficaces que par une collaboration précieuse de tous les intervenants.

Notre mission commence dès la rentrée puisque nous sommes chargés de la composition des classes de nos sections. Les contraintes qu’implique cette élaboration sont nombreuses et compliquées. De fait, les groupes classes ne sont pas toujours rassemblés de la même façon pour tous les cours. Ainsi, les cours d’éducation physique et de cours philosophiques imposent des répartitions différentes de celle des cours généraux et supposent, dès lors, une constante collaboration entre les différents PCC qui privilégient toujours autant que faire se peut, les objectifs pédagogiques. Ceux-ci incluent aussi de ne pas regrouper dans une même classe des élèves qui ont posé problème l’année précédente afin d’offrir un cadre de travail propice à l’apprentissage de tous.

Nous sommes en charge de l’évaluation du comportement, de la ponctualité et de l’assiduité des élèves. Pour le partie ponctualité et assiduité, nous travaillons main dans la main avec les éducateurs qui sont tous les jours sur le terrain afin de s’assurer que les élèves arrivent à l’heure en classe, ce qui impose qu’ils soient dans l’école quelques minutes avant pour pouvoir passer par leur casier et cependant être présents quand le professeur commence son cours. Il est indispensable que chacun respecte les heures pour que l’école fonctionne au mieux !

Lorsqu’un élève est en difficulté, les PCC, à nouveau en collaboration avec les éducateurs (qui sont souvent les premiers à déceler les problèmes), rencontrent l’élève pour tenter de dégager avec lui les pistes qui lui permettront d’aller de l’avant. Nous n’avons toutefois pas de recette toute faite ; néanmoins, je pense que le dialogue et l’écoute ont débloqué bien des situations. C’est, dès lors, à mes yeux, l’une des parties les plus importantes de la fonction.

Nous centralisons et répertorions aussi les fiches de comportement qui signalent l’un ou l’autre petit dysfonctionnement. Régulièrement, nous voyons les élèves qui sont renseignés pour ces faits de comportement, ce qui nous permet de les mettre en garde sur l’inadéquation de leur comportement et très souvent, cette intervention suffit à les recadrer. Mais, nous avons malheureusement aussi la tâche ingrate de devoir sanctionner les élèves qui ont dérapé : donner les retenues pour retards, absence non justifiée ou faits de comportement et parfois aussi, mais heureusement pas souvent, donner un jour d’exclusion pour des faits plus graves. Il est à noter qu’avant chaque sanction, nous rencontrons l’élève et échangeons avec lui pour lui faire comprendre en quoi il a dysfonctionné. Ce moment est, selon moi, essentiel si nous voulons avancer ensemble. La sanction ne doit pas être uniquement punitive, elle doit avant tout être constructive !

Nous déplorons, cependant, que certains n’avancent pas et retombent dans les mêmes travers. Il nous arrive alors de devoir les mettre sous contrat soit de ponctualité et d’assiduité, soit de comportement. L’objectif de ces contrats est d’une part de responsabiliser les élèves par rapport à leur attitude ou comportement inapproprié au bon fonctionnement de l’école et c’est aussi une alternative à une mesure plus grave telle que l’exclusion définitive.
Par ailleurs, nos actions revêtent aussi d’autres formes puisque nous organisons en début d’année, l’élection des délégués qui seront les porte-paroles de leurs condisciples ; nous nous tenons à la disposition des jeunes collègues pour leur offrir notre soutien afin qu’ils s’intègrent au mieux au sein de l’équipe éducative. Nous proposons aussi notre aide aux élèves en difficulté scolaire pour les aider à mieux organiser leur travail. A cet égard, encore une fois, un grand merci à nos éducateurs qui ne comptent pas leur temps pour assurer des études après les heures de cours. Il est aussi à souligner que de nombreux collègues offrent toutes les semaines des heures bénévoles pour soutenir nos élèves. Merci pour tout cet investissement précieux qui permet à nos élèves d’avancer dans leur parcours de vie.

Je terminerai à présent par quelques mots plus spécifiques sur la section langues modernes qui est celle dont je m’occupe.
J’ai le sentiment que le bilan est positif même si tous les élèves n’ont pas eu un comportement idéal, loin s’en faut pour certains (mais ils sont peu nombreux !). Néanmoins, je crois que tous ensemble, nous avons avancé. Nous avons échangé, dialogué et cherché ensemble des solutions à des situations parfois compliquées. Nous n’avons pas toujours partagé le même point de vue mais en toutes circonstances, le respect a prévalu et c’est ça l’esprit ACJ. Alors, pour tous ces moments remplis de bienveillance et de volonté de bien faire, merci à tous : élèves, collègues, éducateurs et direction. J’ai l’heur de croire que nous avons fait du bon boulot ensemble et c’est donc, avec plaisir, que je rempile pour une nouvelle année.
Bonnes vacances à tous et rendez-vous en septembre.


Kristel RENTS : Présidence des 1C et 1D


Que dire de cette année… si ce n’est qu’elle fut bien mouvementée !

Notre population scolaire au premier degré change, cela concerne tant nos élèves que leurs parents et nous devons nous adapter, difficilement souvent, dans la douleur parfois, mais rien n’y fera, nous n’avons pas le choix si nous désirons conserver notre spécificité, maintenir le fil du dialogue et notre souci de pouvoir exercer notre métier avec la passion qui nous anime tous en mettant la priorité sur notre enseignement et non sur la discipline et la gestion des comportements.
Tout cela n’est pas facile et requiert bien des remises en question individuelles et collectives.

J’ai pu constater cette année une augmentation significative de « petits » faits de comportement. Beaucoup sans gravité certes mais dont la récurrence tout au long de la journée, de la semaine ou des mois nous épuisent véritablement. C’est avec beaucoup d’énergie et de pugnacité que nous devons sans cesse harceler les élèves pour qu’ils aient leur cours, fassent leur devoir et disposent de leur matériel scolaire, ce qui n’est somme toute que leurs simples et premières obligations d’élève ! Il y va tant de leur apprentissage que du respect qu’ils doivent à leurs enseignants.
A propos de ce dernier point, j’ai été horrifiée d’entendre que certaines classes entraient en compétition dans le but de faire craquer l’un ou l’autre de leurs professeurs, oubliant de ce fait l’une de nos règles majeures et à laquelle nous ne dérogerons jamais : il s’agit bien du RESPECT ! De tels comportements ne sont pas admissibles dans une école et des mesures drastiques furent prises.

Le constat de cette année reste sidérant : les élèves travaillent de moins en moins à la maison, ne préparent pas leur leçon, ne font pas leur devoir. Même en classe, trop d’élèves ne prennent pas la peine de noter ce que le professeur écrit au tableau, n’écoutent pas, ne font pas leurs exercices.

Je me suis donc rendue compte avec mes collègues qu’il nous fallait changer de modes opératoires et nous remettre en question afin d’enrayer ces débordements de comportements inappropriés et répréhensibles, mais comment motiver des élèves qui ne cessent de répéter en entretien qu’ils ne font rien et ne s’investissent pas car de toute façon ils passeront en 2ème ?
Trop peu d’entre eux ont perçu et intégré le fait que nous ne travaillons plus sur une échéance d’une année scolaire, mais bien sur DEUX ans ! Ce qui n’est pas acquis durant la 1ère année ne le sera vraisemblablement pas non plus durant la seconde si un investissement réel et conscient de leur part (et celui de leur parents également) ne voit pas le jour.

Les mauvaises habitudes s’installant, les heures de remédiations offertes en 2ème peuvent certes combler quelques lacunes d’apprentissages mais en aucun cas ne pourront combler un retard pédagogique accumulé faute d’attention, de sérieux, et de régularité dans les études.

Les élèves de 12 ans ont-ils la maturité suffisante pour percevoir les enjeux ? Nous n’en sommes pas convaincus et nous, les enseignants seuls, nous n’y parvenons pas pour l’instant tant est ancré, dans les mentalités, l’esprit de compétition à court terme : « pas d’échec sanctionné en 1ère = pas d’enjeu = pas de travail nécessaire !!! »
Nous rappellerons donc, auprès des parents, les véritables enjeux d’un apprentissage par degré et non plus par année, espérant qu’ils intègrent et répercutent auprès de leur enfant toute l’importance d’un travail régulier et d’un suivi tout autant répété de leur part.

Cette année scolaire fut également emplie d’émotions…
D’abord avec le départ à la pension, en décembre, de notre « pilier », notre cher Monsieur LAMON (éducateur des premières). Il était la personne de référence, un soutien pour les élèves ET les enseignants. Toujours présent avec un optimisme communicatif et sa bonne humeur, son légendaire « bonjour les pious pious » matinal nous manque déjà beaucoup.

Ensuite, avec l’arrivée de notre nouvelle éducatrice, Madame ANCIAUX. Après un court temps d’adaptation, elle a su trouver ses marques et s’est très vite intégrée dans l’équipe. Elle accompli un travail remarquable et a un excellent contact avec les élèves. Cela promet pour l’avenir : un excellent recrutement pour une déjà parfaite collaboration !

Enfin, bien au-delà de nombreux moments de doutes, de stress, d’angoisses ou de colères, je veux remercier l’équipe des collègues et de la direction qui, grâce à leur travail au quotidien, dans un esprit d’équipe sans faille, toujours collaborant au bien-être commun et avec une détermination commune inébranlable, a permis de surmonter les difficultés et de tracer la voie pour les années à venir afin de rendre nos « petits » d’aujourd’hui les citoyens responsables que nous attendons, demain.


Mathieu DEWILDE : Présidence des 2es Latines, Scientifiques et Complémentaires

Cette année riche en défis se termine déjà. Même en ayant été préparé au poste de président du conseil classe, lors du remplacement de Kristel l’an passé, il me restait beaucoup à découvrir… L’année scolaire a commencé relativement tranquillement avec des classes de deuxième très agréables dans l’ensemble. Il faut dire que l’équipe éducative des premières nous annonçait une excellente génération et cela s’est confirmé. Au fur et à mesure des semaines qui passent quelques cas disciplinaires nous demandent d’intervenir, les rendez-vous avec la direction et Alexandre se multiplient. L’équipe se met en place et je dois reconnaitre que le feeling passe plutôt bien. Tout n’est pas positif pour autant, la gestion administrative et les sanctions prennent énormément de temps, il faudra gagner en efficacité l’année prochaine pour ne plus être dépassé par moment. En parallèle à ça, très heureux de constater qu’il est encore possible de mener quelques projets à bien. J’en profite d’ailleurs pour remercier Karolina Lachowska pour son aide lors de la gestion des travaux de fin d’année, il y a eu aussi l’équipe du CDI avec qui nous avons préparé la futur gestion numérique. D’autres projets sont encore en cours de préparation, il y aura donc de quoi faire l’année prochaine. En bref, c’est avec plaisir que je poursuivrai le rôle de président du conseil de classe, il faut dire que j’y suis particulièrement bien entouré par une équipe très compétente. Pour conclure je remercie toute l’équipe éducative de deuxième et également la direction dans le maintien de leur confiance.


SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Habillage visuel © styleshout sous Licence Creative Commons Attribution 2.5 License